Stéphane Roy

Voici mes plus beaux souvenirs en tant qu'arbitre international:

1995 mon premier championnat du monde junior femme à Québec

1997 deuxième championnat du monde junior femme à Prague, République Tchèque

1999 troisième championnat du monde junior femme à Messina, Italie

2001 quatrième championnat du monde junior femme à Perth, Australie

2003 cinquième championnat du monde junior femme à Calgary

 

De 2004 à 2016, j'ai fait plusieurs World League et championnats du monde homme et femme ainsi que des Fina Cup. D’ailleurs, on m'a honoré à water-polo Québec comme étant le premier arbitre canadien à faire une finale internationale (Chine 2006).

 

Ma première et seule expérience olympique fût à Sydney en 2000 (début du water-polo féminin aux Olympiques). On m'avait offert de travailler comme bénévole au centre aquatique. J’ai vu tous les matches de water-polo incluant la finale femme devant plus de 18,000 spectateurs.

Merci à coéquipiers (difficile de tous les nommer):

André Miron,Luc Deslauriers, Marc Paquin,Francois Robitaille ,Ugo Ferrante, Patrice Gélinas, Marc Raza, Charles Trudeau, Michel Bergeron.Robert Lavoie, Jean Pelland, Mario Lortie,Mon frère Claude

Et bien entendu mon chum d'enfance Eric Pelland

J’ai fait mes débuts en 1977 comme joueur de ligue d'été. Très rapidement, je me joins en septembre 1977 au club de water-polo Laval dans lequel mon frère Claude jouait déjà.

Tout au long de mes études secondaires à Georges-Vanier, je travaillais fort mes modules pour avoir du temps pour m'entrainer. J’ai été capitaine de mon équipe cadette, juvénile, junior; j'ai adoré ma carrière de joueur. Chez les séniors, nous avons eu beaucoup de plaisir, malgré le nombre d'heure d'entraînement en diminution due aux études universitaires.

J'ai débuté ma carrière d'entraîneur dans les piscines extérieures de Laval en tant que sauveteur. En 1987, j'ai été nommé entraineur de l'équipe du Québec fille. Après quelques années et plusieurs compétitions, j'ai dû quitter mon rôle car mon début de carrière professionnel comme planificateur financier me demandait beaucoup de temps pour développer ma clientèle. J'ai adoré mon expérience avec l'équipe du Québec juvénile fille, surtout que plusieurs d'entre elles ont fait une carrière internationale par la suite (Josée Marsolais, Ann Dow, Cora Campbell, Trina Campbell, Johanne Bégin).

Alors que le travail devenait très demandant, le water-polo s’est vu mis de côté. C'est à ce moment que j’ai décidé de devenir arbitre. En 1992, je deviens arbitre international FINA suite à plusieurs formations et compétitions. C'est le début d'une aventure qui durera 25 ans!

Je pourrais conclure en disant ceci:

Le water-polo m'aura permis de faire des rencontres extraordinaires et me donner une belle discipline qui continue de nourrir toutes mes journées et ma vie en générale.

Merci à mes entraîneurs:

André Pilon

Gaétan Vigeant

Et bien entendu Conrad

Merci à mes arbitres/mentors:

Daniel Légaré

Gaétan Turcotte

Jacques Marsolais

Sabine Di Filippo

Picture3

En juin 1979 se terminait la seconde saison de la ligue hiver du mini-polo par un tournoi de quatre équipes composées de 53 jeunes enfants provenant de la ville de Laval. Mon recrutement et mon initiation au water-polo s'est fait par l'entremise de mon enseignant d'éducation-physique du moment et de Claude Lafleur, le responsable de la ligue du mini-polo à l'âge de 10 ans. Ce fut le début d'une aventure avec ses joies, ses déceptions, ses succès et ses difficultés mais toujours empreint d'une passion et finalement très formateur de ce que la vie peut être avec ses hauts et ses bas.

Après deux années dans la ligue de mini-polo, j'ai commencé avec le club compétitif de Laval et fut l'une des plus jeunes dans le créneau de cette ligue.

A ce moment ce fut une aventure qui a pris forme tout en douceur, empreint d'une très belle camaraderie avec les membres de mon équipe et de plusieurs entraîneurs sous l'œil attentif et bienveillant de l'entraîneur en chef et l'un des fondateurs du club de water-polo Conrad Bouchard.

Cette période est celle de mon adolescence et fut une période de plusieurs découvertes et d'interrogations. La pratique du water-polo était une belle activité pour me former à la vie. Tenir ses engagements, développer sa persévérance, se projeter dans l'avenir, travailler sa patience, sa motivation et ses efforts, des qualités qui m'ont servis dans ma progression au water-polo mais également dans mon travail et ma vie personnelle.

Ainsi, avec les années, j'ai connus des succès d'équipes et personnels tout au long de mes engagements au water-polo. Progressivement j'ai eu des sélections dans les différentes équipes telles que les équipes du Québec junior et senior et l'équipe nationale de l'est du Canada. Ayant la double nationalité canadienne et française j'ai eu l'occasion de m'investir auprès d'une ville française, la ville de Nancy et aux compétitions internationales à partir de 1987 en m'engageant avec l'équipe de France et en participant à plusieurs tournois européens. Cette expérience s'est finalisée par les championnats d'Europe en récoltant ma première médaille internationale, le bronze, la première également de l'équipe de France.

Il s'en suit par la suite plusieurs tournois internationaux avec l'équipe du Canada sénior dont l'essor d'aujourd'hui n'est pas du tout comparable à celle de cette époque. Nous ne connaissions pas de participation olympique n'étant pas encore une discipline acceptée dans cette liste tant souhaitée par l'athlète amatrice que j'étais. Nous n'avions pas non plus les championnats panaméricains, ni la ligue mondiale. Notre plus grande compétition internationale était les championnats mondiaux de natation, une compétition qui se faisait dans un cycle quadriennal. Il m'a fallu être patiente et motivée avec des projections surtout à longs termes. Il y avait beaucoup d'embûches au développement de notre sport du côté féminin. Malgré un succès respectable, nous avions un budget limité et mon soutien financier était ceux de mes parents que je remercie encore aujourd'hui et de mes propres ressources.

Nous jouions avec conviction et avec passion et n'avions comme intérêt que celle de la compétition car rien d'autre n’était à notre portée : ni salaire, ni ouverture vers les universités américaines. Songer à jouer pour une ligue semi-professionnelle européenne n'était pas encore possible.

Ainsi, en 1990 suite à notre qualification, j'ai eu une magnifique expérience et une grande fierté de participer aux championnats du monde : la plus prestigieuse et grande compétition du moment. Cela devenait la consécration de plusieurs années d'entraînements et à l'âge de 23 ans, j'étais avec onze de mes partenaires et camarades d'équipes vice-championnes du monde avec la médaille d'argent. Bien que ce classement laisse un sentiment mitigé sachant que c'est la seule médaille que l'on puisse obtenir en perdant notre joute, j'en suis très fière parce que l'on doit apprécier ce que l'on accomplit et possédons si nous avons mis tous nos efforts, nos capacités et notre honnêteté à le faire.

Par la suite, après réflexions, j'envisageais de m'engager pour un autre quatre ans pour défendre notre titre et améliorer, pourquoi pas, notre performance. Cette fois, le scénario fut un peu moins glorieux avec une cinquième position dans ce tournoi. Il aura fallu la relève de la génération de 2009 pour répéter. J'ai pu, durant ces belles années, également suivre une formation universitaire et j'espère transmettre l'idée, dans mon métier d'enseignante, de l'importance de se découvrir une passion et de la cultiver le plus loin possible selon nos capacités malgré les embûches et les obstacles qu'il y a toujours dans notre vie.

 

Normand Bérubé

À 15 ans, je passe du club de natation de Montréal-Nord à un nouveau club de water-polo au Cegep Marie-Victorin.

Après quelques saisons, je rejoins Conrad Bouchard à Laval avec d’autres joueurs juniors et seniors pour former un nouveau club.

Par la suite, toujours avec Conrad, nous commençons à développer le water-polo à la ville de Laval, en recrutant des jeunes garçons et filles d’âge cadet pour les jeux du Québec.

En 1975, c’est le début des activités de water-polo durant la saison estivale dans les piscines extérieures avec la grande finale au Centre de la Nature.

J’étais responsable du programme de développement et des activités estivales, entraîneur d’équipes cadettes et juvéniles. J’ai poursuivi ma carrière de joueur dans l’équipe sénior avec laquelle j’ai gagné un beau tournoi à West Virginia aux États-Unis.

Pendant 7 ans, j’ai, avec Conrad, fait du développement du water-polo à Laval ma priorité.  Nous avons innové dans la façon de recruter des joueurs. J’ai organisé des activités diverses, des tournois et des événements.  Je me souviens encore lorsque pour la première saison estivale, Conrad et moi avons fabriqué des buts flottants pour équiper les piscines extérieures.

 

Pierre Dugal

Picture2

J’ai commencé le water-polo en 1970. J’ai été membre de l’équipe Marie-Victorin pour ensuite rejoindre l’équipe du CÉGEP éponyme. J’ai aussi eu la chance de participer à des tournois provinciaux, inter-collégiaux et universitaires. J’ai poursuivi ma carrière au niveau junior et senior. Une de mes plus belles expériences fut le tournoi universitaire à Honolulu à Hawaï. J’ai aussi été entraineur pour l’équipe de Laval et de Marie-Victorin. J’ai également participé comme entraineur des Jeux du Québec pour la région de Bourassa et de Laval.

Mikael Sabo

picture 5